Résidence de l’enfant et reconnaissance des décisions d’adoption : protection de l’intérêt supérieur de l’enfant